« Comment sensibiliser nos enfants aux arts plastiques ? Les propositions de la Maison des Enfants | Accueil | Si on allait au restaurant ? »

27 août 2006

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Je partage votre deception. On a en France en matière de grands projets informtiques ou internet un train ou plusieurs trains de retard.
Jeannenay, patron de la Bibliothèque Nationale veut au nom de l'indépendance française numériser tous les ouvrages et documents français mais pourquoi si tard. Tout le fric dépensé à construire les murs de l'affreuse bibliothèque Mitterand aurait pu servir à ce projet indispensable.
On dit également qu'avec les allemands on va crééer un moteur de recherches pour concurrencer Google...ça m'étonnerait que les allemands se lancent avec nous sur un projet flou !!!!
Tous ces technocrates et intellectuels en chambre me font rire. Ils oubleient que la microinformatique est née dans des garages californiens et non pas dans un bureau ministériel parisien

Le Figaro dans son édition du 13 septembre 2006 s’interroge sur ce que vaut Géoportail, le nouveau service de cartographie mis en ligne par l’IGN face à son concurrent américain, Google Earth. Pour mieux évaluer les différences entre les deux solutions, le Figaro s’est livré à un test sur six lieux : zone urbaines, villages et territoires d’outre-mer. Conclusion : Géoportail ne tient pas ses promesses. « Les images sont très inégales, certaines manquant de saturation, d’autres étant carrément absentes ou censurées (La Hague). Mais c’est surtout au niveau du plaisir d’utilisation que la différence est la plus marquante. Le Géoportail reste très austère : pas moyen d’afficher les images en plein écran, zoom par paliers et déplacements à la souris laborieux. En comparaison, Google Earth se manipule comme un jeu. On peut faire tourner le globe terrestre à la souris, zoomer en temps réel et créer un effet de perspective en actionnant un curseur, et se déplacer d’un point à un autre en survolant la planète. » Sans oublier pour Google Earth une série de petites astuces comme la possibilité de marquer des sites à l’aide de « punaises », de télécharger et d’associer aux lieux des informations complémentaires, et quelques images en 3D. Bref il faudra encore attendre quelques mois si oui ou non Géoportail est en mesure de concurrencer Google Earth.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

octobre 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
Twitter_bird

Retrouvez-nous sur Facebook