« Séance de confirmation | Accueil | Au berceau de l’impressionnisme »

31 décembre 2009

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Concert : triomphe pour Georges Prêtre

Le concert de musique classique le plus médiatisé au monde, celui du Nouvel An de l'Orchestre philharmonique de Vienne, a été un triomphe pour le chef d'orchestre français Georges Prêtre, pour la deuxième fois à la baguette après 2008.

A 85 ans sonnés, le seul chef d'orchestre français à diriger ce prestigieux concert, consacré à la valse viennoise de la famille Strauss et dont l'origine remonte à 1939, a été ovationné pendant trois longues minutes par le public et les musiciens, debout, dans la magnifique salle du Musikverein, décorée de 30.000 fleurs provenant de San Remo (Italie).

Retransmis à la télévision dans 72 pays, nouveau record, il a été suivi par près de 50 millions de téléspectateurs, de l'Albanie à l'Uruguay en passant par l'Australie, la Chine, les Etats-Unis, l'Inde, le Japon, la Russie.

Georges Prêtre a offert quelques nouveautés, comme l'ouverture des "Joyeuses commères de Windsor", un hommage au fondateur de la phalange viennoise, le compositeur Otto Nicolai, dont on célèbrera en 2010 le 200e anniversaire de la naissance.

Clin d'oeil aussi à la France avec l'ouverture des "Fées du Rhin" de Jacques Offenbach et au Danemark avec le "Champagner-Galopp" de Hans-Christian Lumbye, surnommé "le Strauss nordique".

Mais, comme immuablement, le dernier bis donné par Georges Prêtre a été l'entraînante "Marche de Radetzky" de Johann Strauss père, sous les acclamations du public.

(D’après une dépêche de l’AFP, 1er janvier 2010, 13h58)


L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

octobre 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
Twitter_bird

Retrouvez-nous sur Facebook