« Vers la dissolution des « Coteaux de Seine » (2) | Accueil | Le Grand Paris et nous (5) : Le tracé du « Le Grand Paris Express » »

19 juin 2011

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

c'est une étiquette politique ça Osons ?

Le titre complet sous lequel se sont présentés les conseillers d'Osons est "Osons le Dynamisme pour Louveciennes". Comme vous le savez certainement, il s'agit d'un groupe d'opposition de droite qui compte 5 conseillers municipaux (sur les 29 que la loi attribue à la ville de Louveciennes).

Le conseil des la Communauté des Coteaux de Seine se prononce en faveur du divorce

A son tour, le conseil de la Communauté des Coteaux de Seine était appelé à donner son avis sur le schéma du Préfet (mercredi 29 juin).

Peu de surprises étaient à attendre. Et de fait, le conseil à l’exception des trois représentants socialistes, a donné un avis favorable à la proposition du préfet ce qui va consacrer la fin de la Communauté actuelle.

Pascal Leprêtre (Louveciennes, PS) a bien tenté un baroud d’honneur en souhaitant que la Communauté actuelle reste unie et se prononce en faveur d’une intercommunalité plus vaste, soit pour « Seine et Forêts », soit pour « Versailles Grand Parc. » Bizarrement, on lui a dit que l’avis ne pouvait pas porter sur un tel vœu ; on peut alors se demander comment le Préfet et la commission d’appel pourraient être informés d’une telle préférence si elle était exprimée par un voeu. En passant, Pascal Leprêtre a marqué son étonnement de voir que ceux qui comme Olivier Delaporte et Aline Pascal défendaient la cohérence de la Communauté des Coteaux de Seine sont les mêmes qui se prononcent maintenant pour son éclatement.

Le débat, très court, n’a pas passionné : un seul spectateur, le rédacteur de « La Tribune de Louveciennes », une majorité de conseillers cantonnés dans un silence ennuyé.

On retiendra ici les interventions d’Aline Pascal, Présidente actuelle de la Communauté, maire de Bougival et d’Olivier Delaporte, maire de La Celle Saint-Cloud.

Aline Pascal a recensé le travail accompli par la Communauté dans divers domaines : ordures ménagères, action d'insertion, plan local d'habitat, mutualisation de certaines activités, action de dynamisations du commerce... « Ces actions montraient la cohérence de notre Communauté mais cela ne suffit pas à l'État qui juge notre dimension insuffisante. » Et d’ajouter « je regrette la disparition de notre Communauté » mais « une nouvelle page s'ouvre ».

Olivier Delaporte, pour sa part, a développé les arguments suivants : « Je ne veux pas revenir aux prémices de la création de la Communauté des Coteaux de Seine qui avait un périmètre pertinent, suffisant, mais nous n'avons pas réussi à l'élargir, vers Marly-le-Roi et Le Port-Marly ou vers le Sud-Est. Nous avons fait beaucoup de choses pendant cinq ans, nous n'émettrons pas le moindre regret. Nos communes ne sont pas assez grandes. Entre la Région et nos communes il faut trouver un niveau intermédiaire qui est capable d'agir dans les domaines stratégiques de l'éducation, de la recherche, des transports,…. On ne sait plus traiter ces grands sujets.
Notre Communauté actuelle ne sera plus pertinente dans les années à venir. Il faut avoir le courage de prendre position. Le choix nous l'avons fait, nous l’assumons. Je pense que nous ne nous trompons pas. (…) La situation des trois communes n'est pas la même. Bougival et La Celle-Saint-Cloud sont historiquement très proches. Nous continuerons à travailler avec Louveciennes dans un esprit pluri-communal.»

La rédaction/FK

Des délais

Le 31 décembre 2011 devait être la date ultime de l'achèvement de la carte de l'intercommunalité.
Lors d'un déplacement en Indre-et-Loire, le lundi 7 octobre, le Premier ministre, François Fillon a déclaré : "J'ai décidé de donner, partout où c'était nécessaire, davantage de temps à la concertation" pour achever l'intercommunalité. Il faut prendre le temps nécessaire, sans s'enfermer dans des contraintes de calendrier".
"Les préfets viennent de recevoir des instructions", a-t-il poursuivi. "Le ministère en charge des Collectivités locales va réaliser un état des lieux dans chaque département et, au cas par cas, la procédure ne sera menée à son terme que lorsqu'une large majorité des élus concernés se dégagera en faveur du projet".

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

octobre 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
Twitter_bird

Retrouvez-nous sur Facebook