« Nos meilleurs vœux 2013 | Accueil | Les délices du millefeuille en Ile-de-France »

06 janvier 2013

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

"acquérir en VEFA (2) un parc public de stationnement souterrain de 91 places pour répondre aux besoins des futurs habitants et usagers des quartiers. Le prix a été fixé à 2 300 000 € ht (3) et son financement assuré à 100 % par les investisseurs-constructeurs"

Là j'y comprend rien, la mairie achète a qui avec quel argent ? Ça m'a l'air d'un jolie tour de passe-passe ?

Argent qui ne sera pas touché par la commune sur la vente du terrain?

@ Raphaël @ Antoine

Pour comprendre le montage financier, relativement complexe, je me permets de vous recommander mon article du 21 septembre 2012 (« Le volet financier de l’opération des Plains Champs »).
La commune va céder la partie basse, le terrain de football, aux promoteurs pour 8 400 000 € (montant arrondi).

Pour arriver à ce montant, on est parti des « droits à construire » valorisés en fonction de la nature des constructions (privé, social, commerce) ; les prix au m2 qui ont été retenus sont les suivants : 1 500 € pour les promoteurs privés, 600 € pour le promoteur social, 400 € pour le promoteur des commerces.
La valeur globale se déduit par application des différents prix au m2 aux surfaces de plancher développé, soit 16 143 900 €.
A cette valeur sont imputés différents coûts liés à l’opération : les honoraires payés aux cabinets-conseil (CCU, H4), les coûts nécessaires à la viabilisation des terrains et la participation aux coûts des équipements publics (2 620 834 €).
C’est dans ces équipements que l’on va trouver le fameux parking public en sous-sol (mais également le coût du centre multi-accueil de la petite enfance, assumé pour 58 % par l’opération, l’extension et le renforcement des réseaux publics, assumé à 75 % par l’opération).
En net, après ces différentes imputations, on retrouve la valeur du terrain nu payé par les « investisseurs-constructeurs » à la commune (arrondis à 8 400 000 €). Sur ce prix, la commune paiera sa quote-part pour la crèche et les travaux d’extension des réseaux ainsi que la surcharge foncière.
En conclusion : il n’y a pas de sortie de trésorerie pour acquérir ce parking public, il n’y aura pas d’incidence pour la commune dans le cas de surcoûts liés à sa construction. Et pour répondre directement à la remarque d’Antoine, le montant de 2,3 M€ est imputé sur « la valeur potentielle du terrain » et donc payé indirectement. Cependant, il faut analyser l’opération dans sa globalité et non isoler tel ou tel élément. Compte tenu notamment des contraintes SRU, il n’est pas possible de se tenir à la seule maximisation du prix de vente du terrain.
FK/La rédaction

Lu un article intéressant sur le blog d’Olivier Razemon, en plein dans l’actualité de ce jour, « La France, cet étrange pays où le taxi fait l’ambulancier » ; en introduction, l’auteur cite un un exemple qui concerne Louveciennes

« Gare de Louveciennes (Yvelines), dimanche, 12h30. On prendrait bien un taxi, mais aucun ne se présente. La veille, on avait tenté d'en réserver un, mais "il faut appeler le jour-même, Monsieur". Et là, devant la gare, on cherche désespérément à joindre l'artisan, et son téléphone sonne dans le vide. »

Adresse du site

http://transports.blog.lemonde.fr/2013/01/09/la-france-cet-etrange-pays-ou-le-taxi-fait-lambulancier/


Merci Monsieur.

Je comprends les conséquences de la loi SRU sur le prix du terrain.

Cependant, si la Mairie avait décidé de ne pas devenir propriétaire du parking (je n'ai pas d'opinion sur cette décision), aurait-elle touché en "cash" un montant supérieur que ce qu'elle va effectivement récupéré (argent qui aurait permis de diminuer encore plus notre endettement dont on dit qu'il est trop élevé)?

Merci pour votre réponse.

@ Antoine

Faut-t-il réaliser un parking public aux Plains Champs ? On peut poursuivre l’interrogation. Faut-t-il y réaliser un parc public, une crèche,… L’opération, nous semble-t-il, doit être jugée dans son ensemble et « le cash » pour la commune résulte de tous les facteurs qui ont été énumérés (valeur des terrains destinés à la promotion privée, à la promotion sociale, participation de l’opération aux équipements publics, subventions pour surcharge foncière….). N’ayant pas été présent aux négociations, il ne nous est pas possible de savoir si le cash pour la commune aurait pu être plus élevé. Sur la base des données chiffrées qui ont été actées, on peut estimer que les équilibres sont satisfaisants pour la commune.

L’opération des Plains Champs est lancée et ce qu’on peut souhaiter c’est que le futur quartier soit agréable à vivre pour ses habitants, qu’architecturalement les bâtiments et les maisons ne dénaturent pas le site, que l’environnement soit préservé…

Nous pensons que la contrainte imposée par la loi SRU a conduit la municipalité à accélérer l’urbanisation de la commune avec de grandes opérations comme les Plains Champs mais également celle des tennis de la rue de Voisins (actuellement freinée par le recours contre le permis de construire par un résident du Parc du Château, recours jugé abusif par le maire).
Les ressources nettes provenant de la vente de l’ex- terrain de football des Plains Champs doivent permettre une réduction de l’endettement de la commune, effectivement trop important.

Le prochain Débat d’orientation budgétaire nous permettra de voir comment la politique de désendettement, voulue par le maire, pourra être réalisée.

Pour la rédaction/FK

Des annonces lors de la cérémonie des voeux

Lors de la cérémonie des vœux de ce samedi 19 janvier 2013, André Vanhollebeke, maire de Louveciennes, devant un parterre de parlementaires, de maires des villes voisines, de représentants des associations, a fait une bonne synthèse des principales opérations achevées ou lancées en 2012 (rénovation de la place des combattants après celle de la place de l’église, lancement de l’urbanisation des Plains Champs…).

Il a également fait quelques annonces :

- le Plan local d’urbanisme va être voté en février prochain ;
- la video-surveillance va être installée sur la commune en raison notamment de l’accroissement des agressions (attaques à main armé la semaine dernière au Coxy Market et au Tabac des Clos) ; l’insécurité est certainement un problème préoccupant, pas seulement à Louveciennes, mais à l’échelle nationale ; la justice fonctionne mal (question de moyens et de volonté) et ne fait pas peur aux délinquants ; il est vrai, et on le comprend aussi, quand on saît l’état sordide de beaucoup de maisons d’arrêt et d’établissements pénitentiaires, que les juges hésitent à y envoyer les malandrins ;
- l’acquisition le 8 janvier 2013 des terrains de Villevert appartenant à LD Investissement (contrôlée par Esca Prévoyance) par la société Vilplaine (contrôlée à 80 % par Unibail Rodamco, le groupe de l’immobilier commercial, propriétaire notamment de Parly II) ;
- dans le cadre d’un programme de remplacement des lampadaires des Clos, une grande majorité de résidents s’est prononcée en faveur du modèle, à l’ancienne, de couleur bronze ou marron ; il n’est pas certain, en l’occurrence que « l’appel au peuple » ait été la meilleure chose ; le type de lanterne retenu ne s’harmonise pas avec la pierre blanche, l’ardoise, et le style des Clos ; comme par ailleurs, le remplacement se fera très progressivement, sur une dizaine d’année, la continuité du style aurait dû être privilégiée. Mais que dire de plus, « le peuple des Clos » s’est prononcé… ;
- les investissements 2013 seront placés sous l’égide des économies d’énergie dans les bâtiments communaux et scolaires.

Le maire a également souligné que les contraintes pesant sur les prochains budgets de Louveciennes seront très fortes en raison de la stagnation des dotations de l’Etat et des systèmes de péréquation mis en place qui pénalisent une commune comme Louveciennes considérée comme riche (« trop de solidarité tue la solidarité » selon le maire).

FK/La rédaction

Lors de la séance du conseil municipal du 21 février 2013, on a appris que des riverains des Plains Champs, s'estimant gênés, avaient déposé un recours gracieux portant sur la hauteur des immeubles. Des discussions sont actuellement en cours avec les promoteurs.

Louveciennes, comme de nombreuses autres communes, reportera à la rentrée de septembre 2014, l'introduction de la semaine de 4 jours et demi dans les écoles primaires. Un groupe de travail, regroupant les directrices des écoles, des représentants des parents d'élèves et Bruno Vollaire, maire-adjoint, se réunit régulièrement pour faire des propositions (samedi Vs mercredi, tranches horaires,....)

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

octobre 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
Twitter_bird

Retrouvez-nous sur Facebook