« Décryptage du budget 2016 | Accueil | Anaïs Nin - Henry Miller : une liaison passionnée »

10 juillet 2016

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Quel est l'objectif poursuivi avec la rénovation de cette ferme? À qui appartient-elle et qui finance ces travaux? Merci.

C'est toujours pareil des questions sans réponses ainsi que des lettres ignorées par tous.C"est scandaleux

@Antoine
Selon des informations à notre disposition (qui restent à confirmer) la ferme ainsi que le sentier de la mi-côte appartenait au Syndicat mixte pour la gestion des eaux de Versailles et de Saint-Cloud (SEVESC). Une convention avait été conclue entre le Syndicat et Louveciennes qui prévoyait une mise à disposition de la voie à la commune, à titre gratuit, à charge pour elle d’assurer l’entretien de la voie et de ses abords. Quant à la ferme (ou ce qui en reste), elle aurait été achetée par la Fondation Dumeste (propriétaire du pavillon DuBarry) avec l'intention de la restaurer.

Interrogé par la rédaction de La Tribune de Louveciennes, M. Daniel Godard, maire-adjoint chargé des Travaux, a confirmé cette interdiction et émis une recommandation générale devant des risques.

« A la suite d'un risque apparu au milieu de ce chemin du fait de l'état du mur de l'ancienne ferme qui le jouxte, l'accès à ce chemin a effectivement été fermé (à chaque extrêmité) par des barrières métalliques.Votre lecteur Michel Zourbas a bien fait d'attirer l'attention sur l'information explicite d'interdiction d'accès à ce chemin de mi-côte. »

Le maire-adjoint insiste sur le fait que si un risque de sécurité des piétons existe, il y a un moyen simple d’opérer : «prendre directement contact avec la mairie (par exemple en téléphonant au: 01 30 82 13 30), comme le font déjà de nombreux Louveciennois, cela fait partie de la vie normale de notre village et de sa convivialité que nous souhaitons « cultiver ». Nous avons, en effet, la chance de vivre encore dans une commune « à taille humaine » où il est très facile de prendre contact avec les différents responsables concernés » et de recommander « à tous les Louveciennois de continuer à nous contacter concernant tous les petits défauts de la vie quotidienne apparaissant inévitablement à Louveciennes (comme dans toutes les communes, comme dans une maison) et qu'ils peuvent constater. »

Bon Daniel Godard répond... en ramant un peu quand même!
Mais, pour éviter de se mettre sur "le sentier de la guéguerre", il faudrait que la mairie:
- explicite clairement sur place l'interdiction,
- donne une perspective de remise en état de ce pittoresque chemin.

Mon impression. c'est que Monsieur Godard est un homme de bonne volonté mais qui ne connaît pas le dossier

Un conseiller muncipal de la majorité occupe illégalement « le domaine public », en fait sur le chemin de Prunay où il empêhce la réalisation d’un trottoir, pourtant bien nécessaire.
Le maire ne défend pas les intérêts de la commune, il préfère protéger son collègue.
C’est un exemple de plus où des conseillers au lieu de défendre l’intérêt général sxoutiennent leurs misérables intérêts personnels.
Ce n’est malheureusement pas nouveau, ni à Louveciennes, ni ailleurs. Transparence disait le nouveau maire. Mon c… comme dirait Zazie (dans le métro).

Dans l’ouvrage paru ces jours-ci, «Louveciennes, histoire et rencontres (Riveneuve Editions) », Jacques et Monique Laÿ consacrent plusieurs pages au sentier et à la ferme de la Mi-Côte avec de nombreuses photos à l’appui (de la page 259 à la page267).
On apprend ainsi que :
- à l’origine le sentier menait à une forge où étaient réparées les pièces métalliques de la Machine ;
- le terme de « ferme » est incongru car la maison n’a jamais eu de vocation agricole ;
- en 1949 le bâtiment est converti en logements sociaux (dépourvus d’eau, d’électricité, de sanitaire) alloués à trois familles de la compagnie des eaux (ces familles ont été relogées par la suite dans les immeubles sociaux de la rue de Montbuisson) ;
- dans les années 70 un incendie a endommagé la charpente de la ferme ;
- en 1983 un glissement de terrain dévalant des contreforts de la terrasse du Pavillon de musique de Mme du Barry a rendu impraticable à la fois le sentier et inhabitable la ferme ;
- dans les années 90, la pose d’une passerelle métallique à l’endroit de la zone effondrée a rendu le sentier à nouveau accessible… jusqu’à ces derniers mois.

Au secours

Qu'est ce que c'est que cet abattage massif de beaux arbres dans Louveciennes ? Allez voir le long de la voie ferrée, le parking de la gare? la rue Vigée Lebrun va-t-elle y passer aussi.Ce sont des monceaux d'arbres!
Le long de la nationale, en face des logements en construction, ce ne sont pas moins de 5 arbres centenaires qui sont par terre. A quand les suivants? Ces arbres n'ont-ils pas été classés dans le PLU??
Et tout ceci quand les louveciennois sont absents.
Que fait notre mairie ou plutôt que n'a-t-elle pas fait pour empêcher celà ? au mépris, encore une fois, de leurs belles paroles pour garder à Louveciennes son caractère de petit village où il fait bon vivre.
je suis très en colère.

En colère

Massacre à la tronçonneuse pendant les vacances.
La sncf, avec le silence complice de notre mairie, a profité du calme du mois d'août pour abattre de manière anarchique et stupide des centaines d'arbres le long de la voie ferrée.
Le plus scandaleux est que certains ne menaçaient en aucune manière les trains ni les voies. Par exemple pourquoi avoir abattu ceux longeant la rampe piétonne de la gare côté rue Vigee Lebrun?
Les habitants des logements sociaux du chemin du cœur volant apprécieront également la vue directe sur la RN 186 et ses nuisances sonores suite à l'abattage de l'integralite des arbres...
Consternant

..Il serait peut-être plus intelligent de passer un accord avec RFF afin que Louveciennes puisse récupérer du foncier le long des voies, de façon pouvoir y planter des essences décoratives persistantes.

Par exemple rue Vigée Lebrun, élargir le trottoir sur 2 mètres, de façon a sécuriser les piétons, notamment ceux a mobilité réduite.

La ferme de la Mi-côte a donc été rasée. En sait-on plus sur le projet de restauration?

Renseignements pris auprès de la Fondation Dumeste, il n'y a pas de projet de restauration de la ferme de la Mi-côte désormais rasée pour raison de sécurité.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

mars 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
Twitter_bird

Retrouvez-nous sur Facebook