« Louveciennes-Gallery (1) : Jean Ducreux | Accueil | Si on allait au restaurant (15) : Ore - Ducasse au château de Versailles »

24 juin 2018

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Amusant de lire de la part de M. Viard que "Louveciennes restera toujours Louveciennes".

L'histoire retiendra que M. Viard aura réussi l'exploit de détruire en 1 mandat ce que ses prédécesseurs avaient pourtant réussi à construire en 40 ans.

M. Viard transforme consciencieusement notre ville en une de ces villes standardisées de la région parisienne : un massacre urbanistique, un enfer pour les habitants assaillis par l'automobile et les logements immondes.

Est-il dans le déni? la bêtise? le sarcasme? l'aveuglement? le mépris? Tout à la fois?

très bonne question sur une fusion intelligente de communes avec Louveciennes : quid de Bougival + Port Marly + Louveciennes ? pour donner enfin du poids à un ensemble cohérent géographiquement, culturellement, socialement et financièrement

En effet, dans le contexte actuel de réforme territoriale et de réductions des capacités financières des collectivités, il apparait indispensable de trouver des solutions NOUVELLES permettant de rationaliser l’organisation de nos territoires et de leur donner les moyens de leur développement.
Louveciennes, et les autres communes, n'échapperont pas à s'atteler à cette réflexion pour au moins savoir si cette orientation pourrait être viable et bénéfique à tous les habitants

à Rocquencout, le maire dit qu’il gardera ses employés ! c’est là que le bas blesse car il y a parfois redondance de compétence et il faut absolument que les compétences soient réparties entre les anciennes communes et surtout sans redondance (arrêtons le mille feuille administratif inefficace et couteux avec plusieurs compétences quasi identiques à chaque strate , strates qui se font la guerre, travaillent sur les même dossiers et ne construisent en final rien )

Arrêtons aussi avec les communautés d'agglomération qui malheureusement avec le recul d'aujourd'hui ne servent pas à grand chose malgré toutes les compétences qui devaient y être transférées y compris avec les moyens de chaque commune

La commune nouvelle est un sujet qu’il me semblerait utile de développer avant les prochaines élections dans les 3 villes et de faire un sondage de la population pour connaitre leur intérêt vis à vis d'un regroupement de commune en commune nouvelle (sur le site internet de l'AMF Maires de France) vous avez des questionnaires dont celui de Annecy très bien fait et des chartes de constitution de commune nouvelle

les 8 thèmes structurants utilisés par St Germain me semblent être réutilisables pour clarifier les enjeux, avantages,… je rajouterai deux autres points sur les
- « Séniors" pour compléter l’enfance et la jeunesse et parce que la démographie de Louveciennes le rend nécessaire,
- la sécurité/tranquillité/liberté des citoyens

Annecy et les 6 communes qui fusionnent ont choisi les 11 thèmes suivants
1. Finances, logistique et moyens
2. Solidarité / insertion / emploi
3. Enfance / jeunesse / vie scolaire
4. Culture
5. Sports
6. Développement durable / environnement / mobilité
7. Aménagement du territoire / urbanisme / agriculture / ruralité
8. Développement économique / commerce artisanat / gestion économique du domaine public
9. Sécurité / tranquillité publique / prévention
10. Services à la population / vie démocratique et vie associative
11. Logement.


Une nouvelle commune comprenant:

Bougival/Port Marly/Louveciennes/La Celle Saint Cloud

aurait du sens, ce sont des villes mitoyennes et ça permettrai pour partie la mutualisation des services municipaux entre autres avantages. La question mérite d'être posée!

Le maire rejette avec SUFFISANCE toute idée de fusion. Attitude IRRESPONSABLE.On comprendrait s'il avait pris une telle décision après étude.Il faut le DEGAGER.

Louveciennes a un gros problème avec son déficit de logements sociaux. Pourquoi ne pas transformer l'anciene résidence des personnes agees de Maubuisson en logements sociaux ? Pourquoi ? Elle est vide depuis maintenant des mois Pourquoi on attend ?

Avant la CASGBS, Louveciennes avait déjà connu deux communautés. La première « Les Coteaux de Seine » (2008-2013) qu’elle formait avec Bougival et La Celle Saint-Cloud n’a au cours de ses années d’existence accouché en définitive que d’une action significative dans le domaine de la collecte et du traitement des déchets, les autres actions relevaient de l’anecdote. On sait comment cela a fini. Sommées de choisir une communauté plus vaste, Bougival et La Celle Saint-Cloud ont opté pour « Versailles Grand Parc », Louveciennes pour une communauté en devenir « Saint-Germain, Seine et Forêts ». Celle-ci n’a eu que deux ans d’existence et n’a produit, pour l’essentiel que des études.

Et si on revenait vers Versailles Grand Parc ?

A Pierre :

Si vous regardez le PLU, l'ancienne maison de retraite Montbuisson est bien destinée à être transformée en logements sociaux.

La Mairie se décide enfin à faire réparer les pavés abîmés de la Place de l'Eglise, de la Place des Combattants (Poste) et de la rue du Professeur Tuffier.
Ces travaux datent de 2010, 2011 et 2012. Il y avait de véritables malfaçons (pavés trop fins ne supportant pas le passage des voitures et des camions).

M. Viard et son équipe ont toujours expliqué que les travaux de réfection étaient retardés dans l'attente de l'issue du procès intenté aux entreprises.

Finalement, après 6 ans d'attente, les travaux sont effectués et ils ont un coût de 220 000 euros, en attendant le résultat du procès...

Comprenne qui pourra...

En outre, les essais de pavés réalisés l'année dernière et sur lesquels nous devions donner notre avis n'ont servi à rien puisque ce sont d'autres pavés qui sont finalement posés...

Pour que des pavés soient bien posés et durablement, il faut qu'ils soient quasiment bord a bord. Cela sous-entends qu'ils soient taillés droit sur les côtés, ce qui coûte plus cher au départ..le pire c'est devant la gare, voilà ce qu'il ne faut surtout pas faire! de gros joints vous garantissent inconfort et niveau sonore élevé pour tout le monde..

Merci pour cet article .
Arnaud Péricard est dans le vrai et va sauver 2 ou 3 communes.
Le Chesnay et rocquencourt ? Une évidence
Foncière .
Quant à Louveciennes , c’est en effet plus
Délicat ..
L’avenir nous le dira ...
La logique sociologique , économique ,
Politique , historique nous dirigera un jour
Vers Marly le roi ...

"Louveciennes restera toujours Louveciennes"
Ah oui??? Allons donc!!!
Rien n'est moins sûr: avec la sarcellisation à outrance prévue et qui est déjà bien engagée, Louveciennes sera bientôt méconnaissable.
Et d'ailleurs, à ce moment là, qui voudra l'acheter??

Le PLU : une blague?

Aux intersections des rues Monbuisson, Leclerc et Renoir se trouve une (ex) magnifique maison avec piscine malheureusement dans un état de délabrement manifeste car abandonnée / non entretenue depuis 30 ans.


D'après le PLU, cette résidence est située en zone UHb (zone d'habitation) et son immense jardin en "lisières des massifs boisés à préserver en site urbain constitué".

Quelle blague : l'intégralité des arbres viennent d'être arrachés et désormais, la zone est totalement déboisée.

La Mairie est-elle au courant? Comment cela est-il possible?

Avant de fusionner les communes, je pense logiquement à Louveciennes/Marly/Port Marly/Bougival/LCSC, on peut déjà mutualiser certains services comme les transports scolaires et la restauration bio qui pourraient devenir envisageables par exemple. sans parler de la sécurité avec une police municipale H24 sur ces 5 communes.

J'ai entendu qu'une classe serait fermée a Louveciennes à la rentrée prochaine..

J'ai fait mon traditionnel petit tour de Louveciennes ce 15 août et je me suis, une nouvelle fois, interrogé sur la capacité de l'être humain à refaire, encore et toujours, les mêmes erreurs.

En bas du chemin de Prunay, finalisation de la construction d'une immonde barre HLM surplombant la Seine! Alors qu'au-dessus ont été construits il y a 15 ans des HLM (Hameau de la Ferme) s'insérant parfaitement dans cet environnement bucolique.

Sur la RN 186, après la très basique et standardisée Résidence Impressions des Plains Champs, voici, en face, la terrible résidence Sisley donnant directement sur les 4 voies (20 000 véhicules par jour, en montée et en démarrage de feux tricolores)! Des réjouissances pour les futurs propriétaires de maisons individuelles dont les chambres donneront directement sur cette folie urbaine quotidienne (protégés de manière dérisoire par un pathétique mur anti-bruit).

Bien entendu, loin de la gare et donc nécessitant des trajets en voitures!


Je pense également souvent au propriétaire de l'appartement résidence du parc du château qui s'est opposé pendant 15 ans au projet des Tennis de Voisins (projet initial de résidence privée avec crèche) et qui voit se construire devant lui une barre de 55 logements sociaux!


Il doit bien regretter!

Louveciennes n'est pas à vendre mais Louveciennes est livré à l'appétit des promoteurs avec le silence complice de la Mairie.

Nouvelle consternante décision : l'autorisation de couper la propriété Bernardin Lova Moor Crazy Horse en 2 pour laisser construire à la place du terrain de tennis une 2eme villa....

Débile et navrant.

Louveciennes n'est pas à vendre mais Louveciennes n'est plus entretenue.

Nous ne comptons plus les éclairages publics dégradés et non réparés : Entrée de la Grille Royale rue du Maréchal Joffre, Rue de Monbuisson en face de la rue Louis Forest, Parking public rue de l'étang / petite rue, Rue E. Frémiet...

A Monsieur le Maire :

Pourquoi s'acharner à détruire de magnifiques espaces boisés (loin des transports et des commerces) à proximité de l'Aqueduc pour y construire des logements sociaux alors que nous avons 2 superbes terrains proches du centre et de la gare SNCF : les jardins Gaudet près de la Mairie et le foyer Sonacotra près du gymnase J. Tassin?

Bonsoir.

@ Antoine

Comme l'association AILE déménage mi-septembre de la rue du Général Leclerc vers la rue de l'Étarché, je suppose que l'immeuble Gaudet face à la mairie va être réhabilité (pour mettre + de logements ?)

Je ne comprend pas aussi que le maire n'autorise pas la construction d'un petit immeuble (comme rue Vigée Lebrun) dans les jardins Gaudet.

Construire des logements près de l'aqueduc est une hérésie.

Bonsoir.

J'ai appris que le bâtiment où est actuellement AILE va devenir un centre inter-générationnel.

Je n'en sais pas plus.

La commune de l’Etang-la-Ville se retire du processus de fusion avec Saint-Germain-en-Laye, Mareil-Marly et Fourqueux.
Jean-Yves Bouhourd, maire de L’Étang-la-Ville explique longuement sa décision (l’article figure dans le bulletin municipal de l’Etang-la-Ville).

Beau sujet de réflexion

ABOUTISSEMENT DE LA RÉFLEXION AUTOUR DU PROJET DE FUSION DES 4 COMMUNES
En toute liberté et en toute responsabilité,nous avons décidé de ne pas nous engager dans la création d’une commune nouvelle. Cette décision intervient au terme d’une longue réflexion, riche et utile, qui nous a permis de discerner de l’opportunité et des risques pour L’Étang-la-Ville d’une telle création.
Pourquoi cette étude avait-elle été lancée ?
La commune est confrontée à des défis majeurs dans un contexte de perte de marges de manœuvre financières et fiscales.
Il s’agit avant tout de :
• Préserver notre cadre de vie et son environnement
• Gagner en efficience et en représentativité auprès des partenaires publics et privés
• Simplifier l’organisation administrative
• Améliorer la qualité des services publics
• Réduire les dépenses publiques
Ce regroupement pouvait être un moyen d’y parvenir.

Pourquoi avoir étudié l’éventuelle fusion des seules communes
de Mareil-Marly, Fourqueux, Saint- Germain-en-Laye et L’Étang-la-Ville ?
Nous partageons avec ces trois communes, comme avec d’autres d’ailleurs, un passé historique, un bassin de vie, d’emplois et surtout une volonté exprimée par ces seules 4 communes, d’étudier un regroupement. De plus, ce nouveau périmètre communal qu’auraient constitué ensemble L’Étang-la- Ville, Mareil-Marly, Fourqueux et Saint- Germain-en-Laye n’interférait en rien sur les habitudes de vie des administrés et sur leurs différents bassins de vie multiples en Région Ile-de-France.

Alors, pourquoi cette décision de ne pas s’engager dans cette fusion ?
• Le dévoiement du concept même de commune nouvelle.
Nous rappelons que la commune nouvelle est le dispositif d’intégration le plus avancé. Or, nombreux sont les habitants, acteurs de la vie locale, opposants ou soutiens du projet, qui se sont prononcés en faveur d’un maintien d’une forme de gouvernance locale ou de proximité.
Il en a résulté un montage complexe, voire technocratique, tentant de maintenir, en fait, une très forte « individualisation des territoires ». Cette position ambigüe, et de façon paradoxale, ne représente pas l’idée qui doit prévaloir dans la création d’une commune nouvelle et des économies subséquentes. En effet, une commune nouvelle est une collectivité à part entière qui intègre dans sa gestion et sa politique tous ses administrés et tous ses quartiers. Le projet de charte de gouvernance (que vous pouvez retrouver sur le site de L’Étang-la-Ville) ne répond donc pas à cet objectif.
• Un risque trop grand au regard de la loi SRU.
La loi Solidarité et Renouvellement Urbain modifiée impose à L’Étang-la-Ville 25% de logements sociaux sur son territoire d’ici 2025, sous peine de sanctions.
Notre volonté a toujours été de concilier le respect de ces objectifs avec les intérêts de la commune et de ses habitants en termes de cadre de vie et de protection de l’environnement.
Nous développons depuis plusieurs années une politique volontariste et équilibrée de production de logements, grâce notamment à l’adaptation de notre PLU. Plusieurs programmes immobiliers ont vu le jour ou sont en cours de réalisation. Le projet du Clos des Vignes, dont la construction va démarrer, élaboré en concertation avec les habitants et les riverains, n’a fait l’objet d’aucun recours contentieux.
A l’image de ce projet, nous estimons que la poursuite des objectifs fixés par la loi SRU doit se faire sans précipitation, de manière très mesurée selon notre capacité à accueillir de nouveaux habitants, à accompagner l’évolution de nos équipements et infrastructures tout en protégeant notre environnement. Equation déjà difficile à poser compte tenu de notre situation géographique et topographique.
Le concept de commune nouvelle tel que nous l’envisagions aurait pu apporter des solutions concrètes d’harmonisation et de développement d’une politique d’habitat respectueuse des spécificités de chaque partie de territoire.
Là où nous aurions souhaité que l’identité et les spécificités de chaque commune soient prises en compte et que soient re-connus les efforts entrepris, il a été préféré de retenir un taux identique de logements sociaux à chacun des villages. Certes, la fusion à quatre dont Saint- Germain-en-Laye, nous aurait donné globalement, une plus grande capacité à atteindre les objectifs imposés par la loi (notons par projection que le taux de logements sociaux est estimé au 01/01/21 à 9,4% pour L’Étang-la-Ville en tant que commune isolée, 13% à trois communes, sans Saint-Germain-en-Laye et à 21.6% à quatre communes) et aurait permis à court terme de réduire la pression sur les objectifs SRU.
Mais dans le cadre du projet communal, alors même qu’il accorde une place centrale à l’habitat et au cadre de vie, la commune nouvelle aurait incité les trois villages à tendre vers 20% de logements sociaux d’ici 2025 sur chacun de leurs territoires. Cela aurait toujours constitué pour L’Étang-la-Ville une contrainte forte, non atteignable sans mettre en danger nos équilibres fondamentaux.
En effet, la ville de L’Étang-la-Ville ne peut s’engager au-delà d’un taux de réalisation de logements sociaux à 12,5% compte- tenu de sa topographie, du foncier disponible, de son organisation urbanistique, de la forte présence du domaine forestier sur ses limites géographiques, de ses limites en termes d’infrastructures et d’équipements. Restant seule, L’Étang-la-Ville devra toutefois continuer à faire face à ses obligations et notre indépendance comporte bien d’autres risques.
En l’état actuel du dispositif établi par la loi, un constat de carence dès 2021 impliquera une majoration du prélèvement SRU, la possibilité de reprise par le Préfet de la délivrance des autorisations d’urbanisme, se substituant au maire, la reprise du DPU pour la réalisation de logements sociaux, la reprise de contingents d’attribution de logements sociaux, soit la perte de la maîtrise de notre politique d’urbanisme.

Alors, que devions-nous plutôt craindre dans la gestion du dossier SRU ? Les décideurs de la Commune Nouvelle ou l’État et ses services ?
Contexte de l’étude.
Ajoutons enfin, même si c’est indépendant de notre décision, que la conduite de cette étude a été particulièrement difficile, les opposants à cette réflexion ayant largement contribué à une certaine forme de désinformation par méconnaissance ou par stratégie. C’est l’idée même d’une réflexion sur la commune nouvelle qui a été rejetée, ne facilitant pas l’émergence d’échanges constructifs.
Quel est le bilan de l’étude ?
Cette étude a sans aucun doute confirmé que nous vivions sur un territoire de belle qualité mais fragile qu’il nous faut préserver par des mesures de protection (PLU) comme nous l’avons toujours fait.
L’étude a également confirmé le fait qu’à plus de 50 000 habitants, la commune nouvelle permettait une meilleure prise en compte de nos problématiques, telles que la gestion des inondations et l’amélioration de nos transports, une meilleure écoute vis-à-vis des partenaires institutionnels que sont la communauté d’agglomé- ration, le Département, la Région, l’État et l’ONF, la SNCF, Ile-de-France Mobilités... Différents portraits thématiques ont été étudiés, analysés, comparés, rapprochés (finances, enfance et jeunesse, action sociale, culture, habitat...) et ont été riches en enseignements.
Ces études ont aussi permis de mettre en lumière la gestion responsable et sérieuse de notre commune.
Elles ont montré que notre action en direction de l’enfance et de la jeunesse était très développée et s’accompagnait d’une politique tarifaire très avantageuse, en particulier pour les familles à bas revenus. Précisons qu’un rapprochement des quatre communes nous aurait permis de développer l’offre en matière d’action sociale à destination principalement des seniors ou de la petite enfance en bénéficiant notamment du Relais d’Assistantes Maternelles (déjà existant à Saint-Germain-en-Laye) et d’une gestion continue des services.
En termes de sécurité, le déploiement d’un système de vidéo-protection sur les trois villages était une des actions qui aurait pu être menées dès 2019, avec la création d’une nouvelle brigade de police municipale.
De manière générale, un rapprochement de communes permet, a priori, de réaliser dans de multiples domaines une plus-value de compétences en matière d’ingénierie notamment. L’intégralité des opportunités de développement de services est à retrouver dans le projet de charte des services publics sur le site internet de la commune.
Enfin, le projet communal de la commune nouvelle développait quatre axes stratégiques de développement :
• La nature et la ville
L’excellence éducative et internationale
La mobilité traitée dans sa globalité
Les associations, piliers du vivre ensemble

Ce projet d’avenir était ambitieux et se voulait répondre aux enjeux d’aujourd’hui. Ceux-ci sont liés, dans le désordre, aux changements climatiques, à la biodiversité, à la lutte contre les inondations, au développement des enseignements internationaux et des technologies numériques, à la construction d’un territoire plus favorable aux déplacements à pied, à vélo et en transports collectifs et à l’accompagne- ment à l’arrivée du T13 qui reliera nos communes jusqu’au centre-ville de Saint- Germain-en-Laye et enfin l’indispensable partenariat des associations au développe- ment du territoire.
Alors, oui, en dépit de tout ce qui vient d’être dit, il demeure que les risques de dilution de l’identité de L’Étang étaient trop ressentis, ne nous garantissant pas d’être mieux à même de répondre à tous les défis déjà évoqués...
Peut-être que cette idée de commune nouvelle sera un jour plus concevable, à la faveur d’autres enjeux...
Aujourd’hui, il nous faut donc continuer à œuvrer pour la préservation de notre environnement. Contenir la production de logements, qu’ils soient sociaux ou privés, afin d’être toujours dans la juste mesure de l’aménagement de notre territoire. S’investir pour une vie locale de qualité dans un environnement équilibré en lieux de vie, en espaces verts, en équipements sociaux et associatifs, et s’inspirer de certaines marges d’amélioration révélées par cette étude pour mieux préparer demain.

Monsieur Viard : le Roi de la mauvaise foi

Monsieur Viard a écrit à Stéphane Bern en l'invitant à venir découvrir Louveciennes (et son projet de construction de logements dans l'espace boisé derrière le cimetière près de l'Aqueduc).

On sait que M. Bern, à l'instar de JP Pernaut, conteste la pertinence de ce projet.

M. Viard laisse entendre que ce projet est parfaitement légal car validé par les Bâtiments de France et qu'il ne perturbera pas la vue sur l'Aqueduc.

En outre, il laisse sous-entendre que JP Pernaut conteste ce projet car il est situé trop près de sa maison.

Bien entendu, M. Viard explique que la commune n'a pas le choix (respect loi SRU). Il oublie évidemment de préciser que le terrain est excentré (loin des commerces et de la gare), que cela conduira à détruire un espace boisé et que le flux de voitures engorgera nécessairement le chemin de l'Aqueduc...

Il oublie également de préciser que les terrains Gaudet (situés près de sa maison à lui), auraient été plus appropriés pour accueillir ces nouveaux logements.

Comble de la malhonnêteté intellectuelle, M. Viard interpelle M. Bern sur le projet de vente du Pavillon de Musique de la Du Barry par la fondation Julien Dumeste. Ou l'art de faire diversion.

Sortons ce Nul en 2020.

Je me suis toujours beaucoup moqué sur la capacité de notre voisine Bougival à détruire son environnement et à faire des choix urbanistiques désastreux (la résidence les 3 forêts, immondes tours devant le bois, est un bel exemple du grand n'importe quoi des années 60/70).

Bougival persévère avec la construction d'une résidence HLM devant l'entrée de la A86 sur la N13 (!!!) et d'une autre juste devant l'autopont reliant la N13 au pont de Croissy sur Seine (les balcons touchent presque la route). La bêtise (pour rester poli) a de beaux jours devant elle...

Mais méfions nous de la raillerie facile. Louveciennes, avec les désastreuses décisions de M. Viard prend le même chemin que Bougival....

https://www.lesechos.fr/pme-regions/ile-de-france/0302255754852-a-louveciennes-le-programme-de-logements-se-heurte-a-laqueduc-2206411.php

Intéressant article à découvrir sur notre Maire...

Ainsi donc, Saint-Germain-en-Laye et Fourqueux ont décidé le 19/11/18 de se fondre en une seule commune dont le nom sera Saint-Germain-en-Laye: https://actu.fr/ile-de-france/saint-germain-en-laye_78551/yvelines-commune-nouvelle-saint-germain-laye-fouqueux-ont-vote-leur-mariage_19669464.html

Imagine-t-on le nom de Louveciennes disparaître dans une fusion par exemple avec La Celle-Saint-Cloud ?


@Pascal
Montmartre, Auteuil, Belleville, Charonne et bien d’autres étaient des villages avant d’être absorbés par Paris. Malgré cela leur nom et leur identité sont restés vivaces. C’est ce qu’on peut souhaiter à Fourqueux.
On observera également que lorsque les poids respectifs sont plus ou moins comparables, on retient le plus souvent un nom composé comme Le Chesnay-Rocquencourt, autre exemple de fusion récente.
La question du nom peut faire l’objet d’un débat mais ne devrait pas être la cause unique du refus d’une fusion qui présente bien des avantages.
En tous cas beaucoup plus que ces monstres d’inefficacité que sont les communautés d’agglomération….. (en Région parisienne).

Il faudrait, à tout le le moins, un referendum des habitants concernés, ce qui n'a pas été le cas dans le cas de Fourqueux, semble-t-il.

@Pascal
Le référendum ne constitue pas une étape obligatoire ; les conseils municipaux concernés sont habilités à se prononcer en faveur d’une fusion.
Ceci étant comme la mise en place d’une commune nouvelle a des incidences très fortes un CONSENSUS non seulement des élus mais également des habitants est à rechercher, et ceci à travers un véritable projet.
A cet égard, il serait souhaitable que de tels projets puissent être présentés aux électeurs en mars 2020.

Bonsoir.

Très bien la fusion de Saint-Germain-en-Laye et Fourqueux et non encore une couche supplémentaire administrative.

Si PF Viard pouvait s'inspirer de cette fusion, mais ce serait trop lui demander.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

décembre 2018

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
Twitter_bird

Retrouvez-nous sur Facebook